Les Trois mousquetaires en feuilleton

Image

Pour Letra Capitular / Redacción

Jersey City, NJ.- Ce roman d’Alexandre Dumas paraît pour la première fois dans le feuilleton du Siècle, en première page, avec de nombreuses interruptions. La parution a lieu entre le 14 mars et le 14 juillet 1844. Le roman paraît en volume la  même année.

Quelques pistes de lecture : "Femme et féminité", "Violence" et "Politique"

Fortes figures féminines

La première figure de femme est la reine. On rencontre ainsi un portrait d’Anne d’Autriche, femme séduisante mais aussi reine, personnage noble et supérieur, dans la deuxième partie, au chapitre I : « En ce moment une porte cachée […] je vous vois. »

Vient ensuite l'apparition de Milady, d’abord de loin et comme une sorte de personnage imaginaire. Elle est au cœur des questionnements, comme on le constate à la troisième partie, chapitre VIII : « Au fait, vous avez raison […] à la recherche de Constance. »

Cette figure difficile à saisir reste mystérieuse lorsque d’Artagnan entre en contact avec elle, dans le premier chapitre de la partie IV : « L’Anglais alors se retourna […] l’instant même. »
À cette figure complexe et négative s’oppose celle de la soubrette, fille de bon cœur, comme on le constate par exemple dans la partie IV, au chapitre V : « Ketty entra pour apporter […] de Mme Bonacieux. »

Le crime

Le roman met en avant des esprits négatifs voire criminels, à l’œuvre notamment pour discréditer la reine. Mais les nombreux combats donnent également lieu à des tentatives d’assassinat comme c’est le cas au chapitre XI de la quatrième partie : « Le jeune homme se retourna vivement […] mais à une condition. »

La position trouble de Milady, pour sa part, finit par s’éclairer dans la cinquième partie, chapitre V : « Rechargez les armes […] découpait une volaille. » Par opposition, la conversation qui explicite ce fait a lieu pendant un combat et met en avant le grand courage des mousquetaires.

Actualité politique

De nombreux éléments permettent de donner au roman un ancrage dans la période. La souricière est ici une sorte d’élément anecdotique de cette nature dans la partie I, chapitre X : « L’invention de la souricière […] à ses camarades. »
De même, dans ce portrait d’Athos qui le place entièrement dans le contexte historique de l’époque, on retrouve des indices temporels et notamment la mention de Louis XIII comme dans la partie III au chapitre V : « En effet, considéré même auprès de […] fort extraordinaire d’Athos. »

Un des moments du roman qui se situe le plus explicitement dans un cadre historique et politique clair est celui du siège de La Rochelle, au chapitre XI de la quatrième partie : « Le siège de La Rochelle […] un simple regard d’Anne d’Autriche. » L’événement est rattaché aux problématiques du roman, plus que de l’Histoire.

Le roman, véritable classique de cape et d’épée, se situe sous Louis XIII, alors qu’existe encore le corps des mousquetaires. Le héros est le fameux d’Artagnan, jeune Gascon qui s’associe à Athos, Porthos et Aramis, après être monté à Paris pour y chercher fortune. Le jeune homme tombe amoureux de Constance Bonacieux, femme de chambre de la Reine.

Face à ces quatre hommes, l’ennemi est incarné par le cardinal Richelieu qu’ils combattront pour sauver l’honneur de la Reine, Anne d’Autriche, et lui ramener à temps les diamants qu’elle avait donnés à son amant sans que le roi, influencé par l’ennemi des mousquetaires, ne réalise leur absence. Leurs aventures les amènent au siège de La Rochelle, et surtout face à Milady, séduisante et trouble femme qu'ils finiront par vaincre.

1
I'm interested
I disagree with this
This is unverified
Spam
Offensive

Replies